Camps Artistiques

Luce Beaulé

Coordonnatrice des Camps Artistiques
Formée à l’École Supérieure de Théâtre de l’UQAM, Luce Beaulé est comédienne de formation. Elle a pratiqué le métier de comédienne professionnelle pendant quelques années avant de se diriger vers l’enseignement de l’art dramatique dans les écoles secondaires pendant huit années. Celle-ci a également participé à la création de divers projets dans les écoles primaires et un de ces projets de mise en scène s’est vu mériter un prix de reconnaissance ESSOR pour l’intégration de la culture à l’école. En 2018, Luce se joint à l’équipe de Côté Cour Côté Jardin à la coordination. Sa passion pour l’enseignement des arts de la scène aux enfants et adolescents est en lien direct avec la mission de l’organisme.

Théâtre

Myriam DeBonville

Dès sa sortie de l’école de théâtre du Cégep de St-Hyacinthe, Myriam est engagée à titre de chorégraphe et comédienne pour la comédie musicale NORANDA NORD d’Isabelle Morasse et réitérera l’expérience en 2014 avec la pièce LA CRAQUE. Formée dès l’enfance en ballet classique, danse contemporaine et claquettes, la danse fut son premier pas vers les arts de la scène. Instigatrice de plusieurs soirées de lecture pour sa compagnie L’Escadron Création, elle se passionne pour l’écriture de monologues. SOLIDES/Ensemble est sa première création originale produite en 2015, regroupant 5 monologues sur la solitude féminine. En 2016, on a pu entendre son texte ME FRENCHERAIS-TU? dans le cadre de Théâtre tout Court et elle participe régulièrement aux soirées OMAD et Dimanche M(0)DIT. Elle fut également auteure invitée lors de l’édition Témiscabitienne de la journée mondiale du droit d’auteur en 2016. Elle est présentement en écriture de son premier roman, une autofiction sur les conséquences collatérales du suicide; son objectif étant d’être publiée avant ses 30 ans. Ayant réalisé la direction de jeunes comédiens lors d’événements de Côté Cour Côté Jardin au printemps 2018, elle se joint cet été aux CAMPS ARTISTIQUES comme spécialiste en théâtre.

Frédérik Fournier

Finissant en mai 2016 en interprétation théâtrale au cégep Lionel-Groulx, Frédérik Fournier est originaire de St-Eugène-de-Guigues au Témiscamingue et habite maintenant le quartier Hochelaga à Montréal. Il commence sa carrière en tant que comédien principal du spectacle déambulatoire Ma Noranda pendant 2 années consécutives.  Fasciné par le conte, il s’inspire de son Abitibi natale pour écrire des histoires qui sortent de son imaginaire de gars de bois. La plupart de ses contes sont d’ailleurs publiés sur la plate-forme littéraire Bleu Panache et on a pu le voir en tournée témiscabitibienne cette année avec son spectacle coécrit avec Julie Renault, Cor à contes. Il a aussi interprété le personnage de Jérémie, dans la pièce pour enfants, La quête du nombril qui a été présentée dans les écoles de l’Abitibi en septembre et octobre 2017. Il accumule les contrats d’animation autant pour les jeunes que pour les adultes depuis qu’il a 13 ans et adore le côté humain de son métier de comédien.

Frédéric Jeanrie

Diplômé de l’École internationale de l’acteur comique en Italie où il a étudié les techniques de la Commedia del l’Arte et les mécanismes aiguisés du jeu comique, il a également obtenu un certificat à l’École internationale de théâtre corporel en Espagne. Au Québec, il pu se familiariser avec le théâtre québécois et le théâtre de Tchekhov à l’École de théâtre de Saint-Hyacinthe. En plus de jouer dans une panoplie de projets cinématographiques, de composer la musique originale de spectacles, de signer quelques mises en scène et de danser pour la chorégraphe Émilie Poirier, il acquiert une expérience notable en jouant pour diverses compagnies théâtrales dont Le Théâtre de la Pacotille, Créations Les Indigestes, Théâtre au Parc, Le Théâtre du Cloître, Picouille Théâtre et Le Théâtre de l’Utopie. Il a participé aux créations de la compagnie et anime régulièrement des ateliers avec des jeunes. Participant également aux créations jeune public de CCCJ, Frédéric s’est vu confié en 2010 le volet création de la première saison de la troupe de théâtre à CCCJ : Les Entre’parleurs

Danse

Alexandra L’Heureux

Alexandra enseigne la danse depuis 23 ans. Elle a œuvré comme chorégraphe  en danse contemporaine et en danse urbaine de 1998 à 2010,  puis a cheminé vers l’enseignement de la danse en milieu scolaire. Elle a touché à une panoplie de style de danse (contemporaine, africaine, latine, classique, jazz, hip hop, locking, house, krump) et a travaillé comme chorégraphe dans différents milieux artistiques et enseigné auprès de plusieurs communautés culturelles. La création est au cœur de ses préoccupations et elle aime susciter chez les jeunes un sentiment de réalisation personnelle et de liberté qu’apporte la danse. Alexandra a une maîtrise en enseignement de la danse de l’UQAM.

Anne-Sophie Viens

Anne-Sophie débute la danse avec passion dès son jeune âge. Elle poursuit ses études en danse tout au long de son secondaire, pour terminer avec une formation professionnelle niveau collégiale à Ballet Divertimento. Elle poursuit son perfectionnement en participant à de nombreux stages et formations. Depuis 2009, Anne-Sophie s’est jointe à l’équipe de Côté Cour Côté Jardin comme formatrice et enseigne le ballet, le contemporain et les camps d’été. En 2012, Anne-Sophie devient cofondatrice du collectif d’artistes ID danse, qui présenta sa première production en septembre 2013. Parallèlement, Anne-Sophie détient un Baccalauréat en animation et recherches culturelles de l’Université du Québec à Montréal et a travaillé pour des compagnies et diffuseurs de renoms.

Cinéma

Stéphanie Lessard-Bérubé

Stéphanie Lessard-Bérubé est une artiste-pédagogue curieuse  et  dynamique  qui  tisse  des  liens  entre  le cinéma (documentaire), la musique et l’intervention sociale. Sa démarche reflète bien l’héritage de son parcours académique en Arts et Lettres (Cinéma), en Animation et Recherches Culturelles, en anthropologie et maintenant en intervention auprès des jeunes. Passionnée de cinéma depuis « toujours », c’est vers 21 ans  qu’elle  a  la  piqûre  pour  le documentaire. Elle réalise ses premiers films au Burkina Faso sur la musique puis accompagne comme documentariste des voyages de solidarité au secondaire. À Montréal, elle développe une pratique vidéo indépendante ancrée dans des milieux sociaux, communautaires, culturels et artistiques.  En plus des projets en documentaire et en production vidéo, elle enseigne le cinéma et conçoit des jeux de connaissances pour en faciliter l’apprentissage. Pour Stéphanie, le cinéma est un art qui permet d’apprendre à se connaître, à créer des liens avec les autres et à exprimer ensemble ce que nous sommes.